Plantes de Fenugrec

Fenugrec : C’est quoi ? Bienfaits, utilisations

Originaire des côtes méditerranéennes, le fenugrec est une plante très connue pour ses nombreuses vertus. Issu de la graine de fenugrec, il contient des antioxydants naturels essentiels au bon fonctionnement de l’organisme. Consommé en cuisine ou en supplémentation, il possède aussi quelques contre-indications qu’il convient de considérer pour éviter des déconvenues. Voici des informations utiles sur le fenugrec, en ce qui concerne ses bienfaits et modes d’utilisation.

C’est quoi le fenugrec ?

Encore appelé trigonelle ou sénégrain, Le fenugrec, plante herbacée, est un membre aromatique de la famille des Fabaceae. Ses feuilles et ses graines sont utilisées comme plante médicinale et condimentaire. Ces dernières possèdent une odeur assez forte semblable à celle des champignons.

Quant au goût, elles sont légèrement amères et leur parfum rappelle le céleri. Le fenugrec est doté de feuilles composées de folioles ovales et qui donnent une variété de fruits appelée gousses. Ceux-ci, longs de 8 cm en moyenne peuvent contenir entre 10 et 20 graines de fenugrec.

Parfois confondu au mélilot, le fenugrec est surtout utilisé dans la cuisine indienne, mais aussi en phytothérapie dans la médecine ayurvédique. Sa graine et sa poudre se trouvent dans la majorité des pays du bassin méditerranéen.

Les bienfaits du Fenugrec

La plante Fenugrec produit une légumineuse anguleuse à la composition nutritionnelle riche et aux nombreux avantages pour la santé. Ses bienfaits sont diversifiés et accessibles à tout type de personnes.

La régulation du taux de glycémie

Le fenugrec permet de réguler le taux de glycémie chez les personnes atteintes du diabète de type 2. Certains de ses composants comme la 4-hydroxy-isoleucine permettent de réduire le taux de glucose dans le sang. Cet acide animé d’origine végétale sert à stimuler la production d’insuline par le pancréas. En plus de renforcer la sensibilité de l’organisme, il favorise le maintien du taux normal de sucre dans le sang.

La récupération après la naissance

Grâce à ses capacités galactogènes, le fenugrec favorise les bons soins maternels et une récupération rapide après l’accouchement. C’est un complément alimentaire qui agit sur la production et la montée de lait chez les mères allaitantes et les femmes enceintes. Les études scientifiques ont aussi démontré sa capacité à renforcer l’immunité et les anticorps qu’il transmet à l’enfant via le lait maternel.

La maîtrise du cholestérol sanguin

La consommation du fenugrec favorise l’amélioration et la régulation du profil sanguin d’un individu. Elle permet de réduire les taux de lipides, de cholestérol et de triglycérides dans le sang. Ses effets sur la lipidémie et la cholestérolémie sont relatifs à la présence de fibres alimentaires solubles dans ses graines.

En agissant sur le profil sanguin, le fenugrec permet de renforcer la protection cardiovasculaire. Il sert aussi à prévenir le développement de pathologies cardiovasculaires et de problèmes cardiaques tels que l’hypertension et l’hypotension.

Outre ces différents avantages, le fenugrec est également bénéfique et utile pour :

  • La prise de masse musculaire chez les sportifs ;
  • La prise de poids saine et progressive ;
  • Le confort digestif ;
  • Le renforcement du système immunitaire ;
  • La sublimation des cheveux ;
  • L’amélioration de la libido…

Les autres bienfaits

Voir nos articles sur les autres bienfaits du Fenugrec :

Les meilleures façons d’utiliser le fenugrec en cuisine

Fenugrec en poudre

Le fenugrec est une épice utilisée dans de nombreuses régions sous diverses formes. En poudre, en application externe ou en forme d’huiles macérât, ses modes d’emploi sont nombreux. Il est aussi possible de l’employer sous forme d’infusions ou de décoctions. Par voie interne, le fenugrec peut être infusé à froid pour stimuler l’appétit.

Ses graines séchées et réduites en poudre et son extrait fluide ou standardisé sont aussi des alternatives pratiques. Par voie externe, les graines en poudre de fenugrec peuvent être diluées dans l’eau de la baignoire. Les gélules de Fenugrec sont aussi très pratique et beaucoup utilisés. Prendre ensuite un bain avec cette eau agit sur les inflammations locales de la peau au même titre que l’utilisation en teinture, en lotion et en cataplasme.

Fenugrec — Contre-indications

Il est important de prendre quelques précautions et de consulter son médecin traitant avant de consommer le fenugrec dans certains cas. En effet, Il est possible que le fenugrec interagisse avec certains médicaments comme les antidiabétiques (l’hypoglycémiant) et les anticoagulants. La consommation des graines de fenugrec peut ainsi nécessiter un ajustement du dosage d’insuline.

Théoriquement, ses gaines peuvent augmenter l’effet des suppléments ayant une action anticoagulante ou antiplaquettaire. Hors usage alimentaire, il est déconseillé de consommer du fenugrec pendant la grossesse pour éviter la stimulation des contractions, voire un accouchement prématuré.

Comme désagrément, le fenugrec utilisé dans le cadre d’un traitement peut entraîner une odeur forte qui peut ressembler à la transpiration et aux urines pendant un certain temps. Sa consommation en grandes quantités peut causer des troubles gastro-intestinaux passagers. Par ailleurs, l’emploi prolongé de ses graines provoque parfois des réactions allergiques.

L’histoire du Fenugrec

Le fenugrec est une ancienne plante médicinale et culinaire qui a marqué à sa façon l’histoire de l’humanité. Nous avons trouvé des preuves écrites de son existence dans un papyrus datant de 1500 après JC. Cette plante originaire du Moyen-Orient était alors décrite pour son utilisation dans le traitement des brûlures.

Elle fut aussi utilisée par les Égyptiens pour embaumer les morts, chasser les mauvais esprits et purifier les lieux de culte. Ensuite, le fenugrec s’est répandu sur le pourtour méditerranéen par le biais des Romains puis l’Asie à travers les marchands arabes. En Grèce antique où il est encore appelé foin grec, le fenugrec était essentiellement utilisé pour nourrir les cheveux et le bétail.

De leur côté, les Arabes s’en servaient pour son action sur le lait maternel pendant la période d’allaitement. Cette plante inscrite à la pharmacopée française depuis le 17e siècle est aujourd’hui utilisée par l’industrie alimentaire pour limiter la saveur du sirop d’érable. Il fait partie de plusieurs compositions et de recettes d’origine occidentale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.