Des lunettes

Combien de temps faut-il pour s’habituer à de nouvelles lunettes ?

Pour corriger des défauts visuels, il est fréquent de se faire prescrire de nouvelles lunettes. Ainsi, l’utilisation de ces verres taillés sur mesure permet d’améliorer la vue ou de soigner un trouble de la vision. Cependant, tout ne se passe toujours par comme prévu lors d’une prescription de lunettes optiques, car il arrive que dans certains cas, les problèmes de vue persistent en début de traitement. Bien que cela puisse sembler incompréhensible, c’est une situation tout à fait normale, puisqu’il faut un certain temps aux yeux pour sʼhabituer aux nouvelles lunettes. Ce temps délai qui peut varier d’un individu à un autre est appelé en optique : période d’adaptation. Quelle est alors la durée de la période d’adaptation à de nouvelles lunettes ?

Les troubles visuels pour lesquels prendre des lunettes

Tous les troubles de la vue ne sont pas des situations qui nécessitent la prescription de lunettes de correction. En effet, deux types d’yeux malades sont à distinguer en optique : l’œil amétrope et l’œil emmétrope. Le premier est une situation de vue qui présente effectivement des défauts auxquels il faut apporter des corrections. Quant au second, c’est une condition de fatigue passagère qui provoque un trouble de la vue. Néanmoins, ce dernier se dissipera une fois l’individu reposé. Les situations d’œil amétrope qui nécessitent la prescription de lunettes médicales sont les suivantes :

La myopie

Lorsqu’un individu a des difficultés à voir de loin, il souffre de myopie. En effet, ce trouble visuel survient lorsque l’image des objets vus se forme en avant de la rétine. Ainsi, pour bien voir de loin, le myope a tendance à plisser les paupières.

Lʼhypermétropie

hypermétropie est l’incapacité à bien voir de près. C’est le trouble visuel inverse de la myopie. Chez un hypermétrope, l’image des objets perçus se forme en arrière de la rétine. Ainsi, pour mieux voir, l’individu ajuste sans le savoir la focale du cristallin de l’œil, augmentant à chaque fois la complexité de son mal.

La presbytie

La presbytie est un trouble visuel qui survient avec l’âge. Elle est provoquée par la perte d’élasticité du cristallin qui réduit la capacité d’accommodation des yeux. En l’absence de correction visuelle, le presbyte a tendance à allonger les bras ou à rechercher plus de lumière lors de la lecture sur papier.

L’astigmatisme

Un défaut de courbure de la cornée est ce qui caractérise l’astigmatisme. Ainsi, au lieu de présenter sa forme naturelle qui est sphérique, la cornée de l’astigmate est ovale. La principale manifestation de ce trouble visuel est la déformation de la périphérie des images. Les personnes souffrant de ce mal confondent facilement les objets ou les lettres qui se ressemblent. Le fait le plus constaté pour l’astigmatisme est une confusion parfaite entre les chiffres 0 et 8 ou les lettres M et H.

Les phases d’adaptation aux nouvelles lunettes

La prescription de lunettes est l’un des diagnostics possibles à un trouble visuel. Ceux évoqués précédemment sont les plus courants et nécessitent ce choix de traitement. Cependant, à l’arrivée des nouvelles lunettes, les yeux malades suivent tout un processus pour s’adapter à la correction qui leur est proposée. Ainsi, deux principales phases caractérisent l’adaptation aux nouvelles lunettes.

La familiarisation

À la réception de nouvelles lunettes, il faut un certain temps aux yeux et surtout au cerveau pour se familiariser avec le nouveau traitement optique mis en place. Ainsi, il est fréquent de constater chez certaines personnes que le sol bouge ou que les objets ont tendance à se déplacer ou se déformer lorsque l’on bouge la tête. C’est aussi pendant la phase d’adaptation que les contours des lunettes sont remarqués par celui qui les porte. Ces symptômes sont normaux et ne doivent pas constituer une inquiétude, car ils devront disparaître en l’espace de quelques jours.

L’adaptation

La phase d’adaptation est la période au cours de laquelle les différentes manifestations constatées en familiarisation se dissipent progressivement. Cette étape qui dure également quelques jours permet aux yeux et au cerveau de s’accommoder à leurs nouvelles conditions de vue. C’est en phase d’adaptation que l’organisme assimile parfaitement le changement qui lui est apporté.

Le temps d’adaptation aux nouvelles lunettes

Le temps pour sʼhabituer aux nouvelles lunettes est très variable d’un individu à un autre. Sʼil est très court, notamment quelques minutes ou heures chez certaines personnes, il peut s’étendre sur des jours, voire des semaines avec d’autres. En effet, pour sʼhabituer aux nouvelles lunettes, les yeux et le cerveau tiennent compte du degré de correction qui leur est apporté. Ainsi, en temps normal, un trouble visuel moins sévère n’impliquera pas une même durée d’adaptation qu’un défaut visuel plus grave. Le temps mis avant de se faire prescrire les nouvelles lunettes influence également cette durée. De ce fait, une détection et une prise en charge précoce d’un trouble visuel peut grandement réduire le temps d’adaptation de même que la durée du traitement.

De façon générale, les myopes sont ceux qui ont les temps d’adaptation à de nouvelles lunettes les plus courts. Ainsi, chez eux, quelques heures suffisent pour sʼhabituer et avoir une vision nette. Toutefois, le délai peut s’étendre sur quelques jours lorsque la correction apportée est trop importante. Par contre, la prescription de verres progressifs chez les presbytes peut nécessiter une durée d’adaptation allant de trois semaines à un mois. Par ailleurs, il existe d’autres facteurs qui peuvent influencer le temps d’adaptation à de nouvelles lunettes, notamment l’âge de l’individu, son état de santé général (présence ou non de maladie chronique) ou encore la correspondance de la monture avec son visage, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *