Kaleidoscope home
Denis Bouhineau's Workspace
helploginprintemail   log in  
Denis Bouhineau
blog indexreturn

Apprenants rationnels ?

il y a une hypothèse : que l'étudiant agit rationnellement, c'est à dire, en respectant des règles (éventuellement fausse -malheureusement, ou dans un contexte inadapté -cela arrive aussi malheureusement- ce qui peut donner lieu à des résultats tout aussi erronés). Il peut y avoir des erreurs d'étourderies, un peu de hasard, mais si un observateur extérieur remarque une certaine stabilité chez un étudiant dans l'application d'une règle (éventuellement fausse), alors cette règle sera considérée comme faisant partie du bagage de l'étudiant, pouvant expliquer son comportement, et justifiant l'hypothèse qu'il agit rationnellement, même quand il se trompe.

Sur cette hypothèse de nombreux travaux ont été entrepris pour essayer de trouver pourquoi l'étudiant se trompe (avec l'hypothèse que son erreur a quelque chose de logique), comment il se trompe et comment l'amener à revoir son raisonnement(ou sa logique) pour qu'il adopte une logique plus juste et ne se trompe pas. Une partie de ces travaux consiste à essayer de modéliser son comportement.

Pour un étudiant ne faisant pas d'erreur, une manière simple de le modéliser consiste à représenter les connaissances justes d'un domaine, et trouver celles que l'étudiant maîtrise (modèle de l'overlay). Pour un étudiant faisant des erreurs, au modèle de la connaissance correcte, on peut ajouter des règles de comportement erronées représentatives des erreurs courantes observées chez les élèves et essayer trouver celles que l'étudiant suit.

Avec ce modèle, on essaye de voir les règles erronées qu'il applique avec régularité, et en s'appuyant sur ces règles fausses apprises par l'élève, on peut lui proposer des exercices qui destabilisent ses connaissances erronées et essayer de lui redonner les bonnes règles.

Mais, voila plusieurs travaux qui semblent dire que l'étudiant qui se trompe n'est pas si logique que cela (il n'applique pas une mauvaise règle, il applique parfois aucune règle, sinon celle du hasard, sinon une règle aléatoire, et il applique les règles fausses avec beaucoup moins de stabilité en moyenne que ne le font les élèves qui agissent correctement quand ils utilisent des règles justes).
Un résultat troublant pour ceux qui travaillent sur la recherche du modèle de l'élève 'en échec'.
  • Faut-il essayer de construire ces modélisations du domaine comprenant des règles fausses (en général, elles sont plus complexes à construire que les modélisations ne comportant que des règles correctes) ?
  • Faut-il essayer de diagnostiquer les règles fausses suivies par les étudiants en erreur (le diagnostic est plus difficile, également) ? En particulier, ne faut-il pas être très prudent vis à vis des méthodes statistiques qui ont pour vocation de détecter les erreurs, et demander à ce qu'elles soient particulièrement stables au voisinage des erreurs, c'est à dire, ne diagnostique pas comme une erreur stable un comportement aléatoire (idem pour les autres méthodes) ?
  • De nombreux travaux infèrent des rétroactions à partir des erreurs diagnostiquées, faut-il être plus prudent avec le déclenchement de ces rétroactions ?
enfin, question : l'enseignant fait-il mieux ?

remarque : en économie, il y a une théorie 'homo economicus' qui prends également pour hypothèse que l'individu agit rationnellement dans ses achats, sa relation à l'argent, etc ... Cette théorie est parfois attaquée par les psychologues qui pensent que l'individu n'agit pas si rationnellement que cela, en tout cas, pas avec une rationalité économique.
posted by Denis Bouhineau on Friday 15th, January 2010 (16:13) - comments (1) - permanent link


Comments

posted by MCC on Thursday 28th, January 2010 (10:55)

Je ne conclurais pas nécessairement que l'élève ou le consommateur n'agit pas rationnellement. Je ne connais pas la définition d'un être rationnel mais il est tout à fait concevable qu'un élève qui agit de manière instable face à une même situation a des "raisons" de le faire...
Ce ne sont peut-être pas, en revanche, des raisons ni explicitables ni propres au champ considéré.

Je m'explique sur un exemple :
Un élève qui transforme de 2 manières différentes une même expression algébrique à 5mns d'intervalle n'est pas nécessairement "non rationnel". Un oiseau qui passe, une mémoire réactivée, une production d'hormones, un bruit peuvent peut-être expliquer ce changement de comportement ...?

You can't add comments with your actual clearance level.